Centre d’Études Franco-Russe de Moscou

RUBRIQUES

CHERCHEURS ASSOCIES DU CEFR

 

Marie-Christine Autant-Mathieu

MC Autant-Mathieu.jpg

autant.mathieu@wanadoo.fr

 

Marie-Christine Autant-Mathieu est directrice de recherche au CNRS, directrice adjointe de l’unité CNRS-Paris Sorbonne EUR’ORBEM, historienne du théâtre et spécialiste du théâtre russe et soviétique. Elle travaille sur les transferts culturels Russie-Etats-Unis au théâtre, sur l’histoire du Théâtre d’Art de Moscou, et sur les nouvelles écritures dramatiques russes. A travers ses travaux, elle interroge la question de la spécificité des esthétiques et de leur réception, dans des contextes culturels divers et à des époques marquées par les déplacements et les transferts (guerres, émigration, répression). Elle est l’auteure de Le théâtre soviétique après Staline paru en 2011, ou encore de Les nouvelles écritures russes paru en 2010.

 

 

 

Alexandre Bikbov

Alexandre BIKBOV.jpg

abikbov@gmail.com 

 

Docteur en sociologie, traducteur et éditeur, il est directeur adjoint du Centre de philosophie contemporaine et de sciences sociales de la faculté de philosophie de l'Université d'Etat de Moscou (MGU), ainsi que chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs. Ses recherches portent sur l’éducation et la réforme de l’éducation, l’ordre social, l’inégalité et la justice sociale. Il contribue à la publication de plusieurs revues dont la revue interdisciplinaire Logos, basée à Moscou. Il est l’auteur de La grammaire de l’ordre : une sociologie historique des concepts qui changent notre réalité, paru en 2014.

 

 

 

Alain Blum

Alain Blum.jpg

blum.alain@gmail.com

 

Directeur de recherche à l'INED et directeur d'études à l'EHESS (membre du CERCEC), il est l’ancien directeur du CERCEC et coresponsable de l'unité de recherche « Territoires et identités des populations » à l'INED. Il a été chercheur détaché au CEFR à Moscou entre 2013 et 2015. Ses recherches portent aujourd'hui sur la question des déplacements forcés des populations, dans la continuité d’une réflexion plus générale sur la relation entre violence politique et transformations démographiques et sociales. Il se concentre notamment sur les destinés des personnes déportées d’Europe centrale et orientale vers l’URSS, ou au sein de l’URSS même, en mettant un accent particulier sur les diverses formes d’insertion. Il s’intéresse également à l'articulation entre action politique violente, mécanismes bureaucratiques et destinées individuelles.

 

 

 

Christian Bromberger

C-Bromberger.jpg

brombergerchristian8@gmail.com

 

Professeur émérite d’anthropologie à l'Université d’Aix-Marseille où il a fondé, et dirigé de 1988 à 2006, l'Institut d'Ethnologie Méditerranéenne et Comparative, il a été membre senior de l'Institut Universitaire de France de 1995 à 2005 et a été invité dans plusieurs universités étrangères. Il a également dirigé de février 2006 à septembre 2008 l'Institut français de recherche en Iran à Téhéran. Ses travaux de recherche (200 publications environ : livres, articles, contributions à des ouvrages collectifs) portent sur l’Iran (en particulier sur la province du Gilân) et sur les modalités et significations de l'engouement populaire pour les clubs et matchs de football. Il a été de nombreuses fois en Iran et en Italie dans le cadre de ses recherches et maîtrise 8 langues.

 

 

 

Masha Cerovic

Cerovic.JPG

masha.cerovic@gmail.com

 

Agrégée d’histoire, ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm et directrice-adjointe du CEFR entre 2014 et 2015, Masha Cerovic a soutenu en 2012 une thèse d’histoire à l’Université Paris I Panthéon Sorbonne, sous la direction de Madame Marie-Pierre Rey, intitulée Les Enfants de Joseph. Ses recherches ont porté sur les formes de violence de masse, les violences politiques et les phénomènes de guérilla pendant la Grande Guerre patriotique. Ses travaux s’inscrivent dans une perspective d’histoire culturelle de la guerre et d’anthropologie historique de la violence. Tout en continuant à travailler sur la Deuxième Guerre mondiale, elle s’intéresse désormais plus largement à l’expérience russe et soviétique de la guérilla et de la contre-insurrection au cours des XIXème et XXème siècles.

 

 

 

Ivan Chupin

Ivan Chupin.png

chupinivan@yahoo.fr

 

Docteur en science politique, il a soutenu sa thèse sur Les écoles du journalisme. Il est maître de conférences en science politique à l’Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, et a enseigné la sociologie au Collège universitaire français de Moscou de 2010 à 2014. Il est l’auteur de publications qui portent sur le journalisme et les médias en Russie. Il a notamment publié  Le journalisme militaire en Russie : les tiraillements d'un journalisme d'institution dans la revue  PIPPS, ainsi que Des médias aux ordres de Poutine ? L'émergence des médias d'opposition en Russie, dans la revue Savoir Agir. Il a également publié en 2015 un court texte consacré à la réflexion sur les méthodes sociologiques dans le cadre des stages de terrain dans la revue Laboratorium.

 

 

 

Laurent Coumel

Laurent Coumel.jpg

lcoumel@gmail.com

 

Agrégé d’histoire, Laurent Coumel a soutenu une thèse d’histoire sur les réformes scolaires et universitaires en URSS sous Khrouchtchev. Il est chercheur contractuel au CNRS, rattaché au CERCEC dans le cadre du projet franco-allemand ANR-DFG « EcoGlobReg » et co-animateur du séminaire « L’environnement à l’Est. Identités et territoires » à l’EHESS. Ses recherches portent aujourd’hui sur l’histoire environnementale de la Russie aux XXe et XXIe siècles, dans une approche à la fois transnationale et territoriale des conflits d’usage et de la patrimonialisation de la nature. Ses projets de recherches comprennent notamment Les lacs de la discorde : une histoire transnationale et localisée des conflits environnementaux et de la fabrique des territoires en Russie (années 1960-2000).

 

 

 

Françoise Daucé

Françoise Daucé.jpg

francoise.dauce@ehess.fr

 

Diplômée en histoire et en science politique, docteur en science politique, sa thèse porte sur les relations entre l’armée et le pouvoir en Russie postsoviétique. Directrice du CERCEC depuis l’automne 2015, Françoise Daucé fut la première directrice du CEFR (2001 – 2002). Elle a enseigné l’histoire, le droit et la sociologie de la Russie au département d’études slaves de l’Université Blaise-Pascal à Clermont-Ferrand pendant plusieurs années. Elle est directrice d’étude à l’EHESS et chercheuse associée au CHEC (Centre d’histoire Espaces et Cultures). Elle a obtenu, en 2011, une habilitation à diriger des recherches portant sur les relations entre l’Etat et la société civile en Russie. Elle étudie les relations entre l’Etat et la société en Russie, ses travaux portent sur les formes de domination politique, à la fois coercitives et libérales, qui s’exercent dans différents domaines : l’armée, la société civile et les médias.  

 

 

    

Ekaterina Demintseva

Ekaterina Demintseva.jpg

edemintseva@hse.ru

 

Ancienne élève de l’Université d’État de Moscou (MGU), Ekaterina Demintseva a soutenu en 2002 une thèse d’histoire à l’Institut des études africaines de l’Académie des Sciences de Russie, intitulée Communauté maghrébine en France : l’histoire de l’émigration et l’évolution de la diaspora. Ancienne directrice du Centre d'histoire et d'anthropologie culturelle de l’Institut des études africaines de l’Académie des Sciences de Russie à Moscou entre 2008 et 2014, elle a séjourné plusieurs fois en Afrique et en Europe. Les sujets de ses recherches portent sur les communautés africaines en Europe, l'Islam en Europe, les relations ethniques et confessionnelles dans les pays d'Afrique (la Tanzanie, le Maroc, le Bénin), et le racisme et la xénophobie en Europe et en  Russie. Actuellement directrice d’études et maître de conférences à l’École des hautes études en sciences économiques (EHESE), ses recherches actuelles portent sur l'immigration en France et en Russie et sur les migrants dans les villes.

 

 

 

Ekaterina Dmitrieva

Ekaterina (Katia) Dmitrieva.jpg

katiadmitrieva@mail.ru

 

Diplômée de l`université pédagogique de Pskov, Ekaterina Dmitrieva est directrice de recherche à l'Institut de littérature mondiale de l’Académie des Sciences de Russie, professeure à l'Université des Sciences Humaines (RGGU) section littératures comparées et a enseigné au Collège universitaire français de Moscou (CUF). Elle a également enseigné à l`Université Paris 8 entre 1994 et 1996, à l`université de Picardie Jules Verne en 2014, à l`Ecole Normale Supérieure en 2015 et est membre associée du laboratoire Labex TransferS : Transferts culturels, traductions, interfaces. Ses recherches sont consacrées aujourd`hui à l`histoire de la méthode comparée, mais également à l`esthétique baroque et romantique dans trois aires culturelles (Russie, France, Allemagne). Elle participe à l`édition des Œuvres complètes de Nicolas Gogol et exerce par ailleurs une activité de traductrice.

 

 

 

Marc Elie

Marc Elie.jpg

marc.elie@cercec.cnrs.fr 

 

Chercheur au CNRS et au CERCEC depuis 2009, Marc Elie travaille sur l’histoire environnementale de l'Union soviétique. Après une thèse soutenue en 2007 sur les anciens détenus du Goulag pendant le Dégel (1953-1964), Marc Elie a étudié les catastrophes naturelles et industrielles en URSS. Il travaille désormais sur les sécheresses dans les régions steppiques d'URSS, à l'exemple de celles du Nord Kazakhstan. Ses recherches portent également sur l'histoire de la protection contre les coulées de boue et les avalanches dans le Kazakhstan soviétique. Il est l’auteur de Elaborer l’environnement global : les scientifiques soviétiques et les discussions internationales sur la désertification, paru en 2015.

 

 

 

Clémentine Fauconnier

Clémentine Fauconnier.jpg

klimintine@gmail.com

 

Docteur en science politique, associée au CERI (CNRS/FNSP), sa thèse est consacrée au parti Russie unie et aux modalités de  construction d’une majorité politique depuis l’arrivée de Vladimir Poutine au pouvoir en 2000. Elle a enseigné la science politique à l’Université de Nanterre, ainsi que les politiques européennes et les relations internationales à Sciences Po. Elle est enseignante-résidente au Collège universitaire français de Moscou depuis septembre 2014, où elle assure des cours magistraux de sociologie générale et co-organise un stage de terrain annuel d’initiation aux méthodes qualitatives en sociologie. Elle s’intéresse aux processus de professionnalisation et de division du travail politique en Russie, dans une perspective comparative.

 

 

 

Gilles Favarel-Garrigues

Gilles Favarel-Garrigues.jpg

gilles.favarelgarrigues@sciencespo.fr

 

Docteur en science politique, Gilles Favarel-Garrigues est chercheur au CNRS depuis 2001 et rattaché au CERI. Sa thèse portait sur la lutte contre la criminalité économique en Russie soviétique de 1965 à 1995. Il mène actuellement des recherches sur les mobilisations internationales contre les menaces criminelles et sur les transformations de la politique pénale en Russie. Ses travaux s’inscrivent dans un projet transversal sur les trajectoires historiques de l’Etat. Il est directeur de recherche depuis le 1er décembre 2014 et codirige la collection « Questions de recherche/Research in question » du CERI. Il est membre du comité de rédaction des revues Critique internationale, Cultures & conflits et Politix.

 

 

 

Elena Filippova

Elena Filippova.jpg

elena_filippova89@yahoo.fr

 

Diplômée de l’Université d’Etat de Moscou (MGU) et docteur en histoire, elle est directrice de recherche à l’Institut d’ethnologie et d’anthropologie de l’Académie des sciences de Russie et rédactrice en chef adjointe de la revue Etnografitcheskoe obozrenie (Revue Ethnographique). Ses recherches portent sur les questions d’identité, d’ethnicité, de nationalisme, les migrations transnationales et les  réfugiés, ainsi que sur la complexité culturelle et la cohésion sociale dans les sociétés contemporaines. Elle s’intéresse également aux catégorisations ethniques et raciales adoptées dans différents pays pour les recensements de population.

 

 

 

Elena Galtsova

Elena Galstsova.jpg

newlen2006@mail.ru

 

Diplômée de l`Université d’Etat de Moscou (MGU),  docteur en lettres, directrice de recherche à l'Institut de littérature mondiale de l’Académie des sciences de Russie,  professeure à l'Université des Sciences Humaines (RGGU) et à la MGU, elle a été invitée à l’Université Blaise Pascal à Clermont-Ferrand et à l’Université de Picardie Jules Verne. Membre du Comité international de la revue Critique, ses recherches portent sur la littérature et le théâtre français du XXe siècle, sur les  interactions entre les différents arts dans la littérature (XVIIIe-XXIe siècles), sur les approches anthropologiques dans les études littéraires, sur la littérature comparée et sur les  liens culturels franco-russes aux XIXe-XXe siècles (en particulier pendant les années 1920-1930). Elle est également traductrice.

 

 

 

Catherine Géry

Catherine Gery.jpeg

catherine.gery@wanadoo.fr

 

Professeure de littérature russe à l’INALCO, membre du Centre de recherche Europe-Eurasie (CREE) et co-directrice de la revue Slovo, elle est spécialiste de l’œuvre de Nikolaï Leskov à qui elle a consacré de nombreux articles et ouvrages et traductions. Elle vient de faire paraître un ouvrage intitulé Crime et sexualité dans la culture russe (tiré de la nouvelle de Nikolaï Leskov Lady Macbeth du district de Mtsensk et de ses adaptations). Ses recherches actuelles portent sur les transferts culturels, notamment le traitement des héritages du XIXe siècle et sur l’intermédialité (l’adaptation des classiques littéraires russes par le cinéma). 

 

 

 

Olessia Kirtchik

Olessia Kirtchik.jpg

okirchik@hse.ru

 

Directrice de recherche au Haut Collège d’Économie à Moscou (membre de l’Institut des études historiques et théoriques en sciences humaines Poletayev), docteur en sociologie de l’EHESS à Paris, ses recherches portent sur l’histoire des sciences sociales en Russie et en France. Elle a notamment étudié le rôle des experts économiques dans les réformes agraires en URSS et dans la Russie postsoviétique. Dans une démarche comparative, elle a enquêté sur les transformations de l’économie rurale en France après la Seconde Guerre mondiale. Ses travaux récents sont consacrés à l’histoire de l’économie mathématique en URSS dans une perspective transnationale de guerre froide. Ses diverses études s’interrogent notamment sur les enjeux de la circulation des savoirs entre l’Est et l’Ouest, ainsi que sur l’internationalisation des sciences sociales nationales.

 

 

 

Emilia Koustova

Emilia Koustova.jpg

kustova@unistra.fr

 

Emilia Koustova est maître de conférences au département d'Etudes slaves de l’Université de Strasbourg, membre du Groupe d’études orientales slave et néo-hellénique à l’Université de Strasbourg et membre associé du CERCEC. Ses recherches portent sur les déportations staliniennes et sur le destin ultérieur de leurs victimes, notamment à partir des entretiens et des archives administratives et policières, sur les fêtes et les rituels politiques soviétiques de 1917 à 1941 et sur les correspondants de guerre soviétiques sur les fronts la Seconde Guerre mondiale. Elle a également publié plusieurs articles sur les usages de l’histoire dans la Russie contemporaine.

 

 

 

Valérie Pozner

Valérie Posner.jpg

vpozner@free.fr

 

Agrégée de russe, docteure en lettres, spécialisée sur l’histoire littéraire et cinématographique soviétique, Valérie Pozner est directrice de recherche, chercheuse au CNRS (UMR Arias – Atelier de recherches sur l’intermédialité et les Arts du spectacle, aujourd’hui THALIM) et spécialiste de l’histoire du cinéma russe et soviétique. Elle est présidente de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, membre du Comité de rédaction de 1895. Revue d’histoire du cinéma et a été directrice du CEFR à Moscou entre 2006 et 2008. Ses recherches portent sur une période chronologique qui va des débuts du cinéma en Russie (1896) aux années 1960 et concernent son histoire esthétique, politique, institutionnelle, technique et économique.

 

 

 

Carole Sigman

carole_sigman.jpg

carole.sigman@gmail.com

 

Docteur en science politique à l’Université Paris I, Carole Sigman a soutenu une thèse portant sur les transformations de l’espace politique pendant la perestroïka. Elle est actuellement chercheuse au CNRS. Elle a été affectée au Centre d’études franco-russe de Moscou entre 2012 et 2014, elle y a codirigé le séminaire de sociologie. Elle est également associée à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP)  et collabore aux activités du Centre d’Etudes des Mondes Russe, Caucasien et Centre Européen (CERCEC). Elle fait partie du comité de rédaction de la Revue d’études comparatives Est-Ouest et de la revue Connexe. Ses recherches portent actuellement sur la réforme des services publics en Russie et, plus particulièrement, dans l’enseignement supérieur.

 

 

 

Alexandre Tchoudinov

фото.JPG

tchoudin@mail.ru

 

Alexandre Tchoudinov est docteur en histoire, spécialiste de l’histoire de la France moderne, directeur du laboratoire « Le monde à l’époque de la révolution française et des guerres napoléoniennes » à l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des sciences de Russie. Ses recherches actuelles portent sur les relations politiques et culturelles entre la France et la Russie au XVIIe et XIXe siècles. Il est également rédacteur en chef de la revue historique L’Almanach français. Il est notamment l'auteur de La bataille d'Héliopolis, ou la victoire oubliée publiée en 2015, ou encore de Pourquoi l'ennemi ? paru en 2012.

 

 

 

Vanessa Voisin

Vanessa Voisin.jpg

vanvoisin@gmail.com

 

Diplômée en Etudes slaves (DEA, Paris 4) et en histoire, elle a soutenu sa thèse à l’Université Paris I sur l’épuration de guerre en URSS de 1941 à 1953, dans une démarche comparative et micro-historique. Elle a enseigné de 2003 à 2011 au lycée, puis à l’université. Elle a été directrice adjointe du CEFR entre 2011 et 2013 et est associée au Centre d’Etudes des Mondes Russe, Caucasien et Centre Européen (CERCEC, CNRS-EHESS) et à l’IRICE (Identités, Relations Internationales et Circulations de l’Europe). Ses thèmes de recherche sont l’histoire sociale et politique du stalinisme, l’histoire du droit soviétique, les guerres et sorties de guerre, les représentations et mémoires de la guerre et le cinéma documentaire. Ses travaux en cours se concentrent sur la représentation de la guerre et de la paix dans les films documentaires et dans les actualités soviétiques entre 1935-1989.

 

 

Larissa Zakharova

Larissa Zakharova.jpg

larisazakharova@gmail.com

 

Docteur en histoire et civilisation de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, maître de conférences à l’EHESS depuis 2010, Larissa Zakharova est une spécialiste d’histoire soviétique. Ses premières recherches ont porté sur la redistribution des logements et des biens mobiliers à Petrograd pendant le communisme de guerre. Après une thèse soutenue en 2006 sous la direction d’Alain Blum sur la production, la distribution et la consommation des vêtements en URSS sous Khrouchtchev, publiée en 2011 sous le titre S’habiller à la soviétique. La mode et le Dégel en URSS, elle a effectué une recherche postdoctorale sur la politique des langues en Carélie de 1945 à 1964. Actuellement, elle mène un projet de recherche intitulé Outils de communication, modes de gouvernement, rapports sociaux en URSS.